Bibliothèques du futur?

Tianjin Binhai Library.

Il m’est déjà courant de me retrouver, dans des réseaux professionnels, avec des sélections photo d’immeubles scintillants à l’architecture moderniste labellisés «les bibliothèques du futur»: des investissements de plusieurs millions de dollars dans d’immenses espaces, à l’esthétique fulgurante…

Est-ce que ces sont les bibliothèques du futur? Est-ce là l’avenir que nous voulons pour nos bibliothèques?

Dans un monde qui a déjà dépassé un certain nombre de limites —y compris celles de ses ressources limitées—, où la décroissance devrait être une obligation plutôt qu’une option, et où les biens ont des coûts de plus en plus élevés à tous les niveaux, nous ne pouvons pas continuer à penser aux bâtiments pharaoniques. Que est-ce que c’est laissé de côte lors l’argent est investi dans ces œuvres monstrueuses? Quels projets sont abandonnés, quels salaires ne sont pas payés? Quelles conséquences ont-elles?

Dans un monde où l’accès à l’information continue de représenter un énorme problème pour beaucoup, où la fracture numérique persiste malgré ce que disent les voix positives du wishful thinking le Covid-19 a mis sous nos yeux une dure réalité—, et où les bibliothèques publiques reçoivent de moins en moins de soutien ou sont carrément fermées, voulons-nous vraiment que les investissements se concentrent sur ces «palais»?

Est-ce le modèle que nous appuyons? Le modèle que nous applaudissons? Est-ce ce que nous avons décidé de transformer en un trending topic, ce que nous rendons visible, ce que nous célébrons, ce que nous plaçons comme notre priorité?

Nous sommes-nous déjà demandé à qui sont destinées ces bibliothèques? (Le vrai «pour qui», pas les discours politiques manipulés qu’ils disent être «pour tout le monde» alors que nous savons tous que c’est faux). Nous sommes-nous demandé «pourquoi»? Sont-elles des attractions touristiques, des éloges pour les pouvoirs hégémoniques, des parties d’un discours d’exaltation national… ou des bibliothèques?

En mettant ces «éléphants blancs» en première page, monuments arrogants à gaspiller, nous minimisons les centaines de petites (et pas si petites) bibliothèques qui, d’une manière ou d’une autre, résistent héroïquement à toutes les attaques, et survivant malgré tout. Nous rendons invisibles ces centaines —ou milliers— qui gardent à peine leurs portes ouvertes et qui, ce faisant, fournissent les bases de l’alphabétisation, de la lecture et de l’accès à l’information dans le monde entier. Cettes qui nous sont présentés comme des «bibliothèques du futur», feront-elles cela? Ou vont-elles simplement montrer leurs murs étincelants aux troupeaux de touristes qui leur rendront visite pour prendre selfies?

En applaudissant ces propositions, nous célébrons, approuvons et donnons des ailes à un capitalisme sauvage qui ne se soucie pas vraiment d’ouvrir les portes de la connaissance, mais de cette monumentalité artificielle du “plus c’est mieux” et de l’exhibitionnisme des ressources et de la richesse (dans un monde appauvri ). Nous donnons la bénédiction à un modèle technologique basé sur l’enlèvement des ressources naturelles, sur l’obsolescence programmée et sur la génération de tonnes de déchets électroniques. Nous acceptons et normalisons un consumérisme qui devrait déjà nous être étranger ou, du moins, suspect.

Nous nous laissons emporter par cette admiration stupide pour le grand et le luxueux, nous nous laissons infecter par le désir de quelque chose que nous n’aurons jamais — parce que nous ne pouvons pas le payer, ou le maintenir, et nous n’en avons probablement même pas besoin. Et dans ce voyage nous endommageons notre vision du monde et notre échelle de valeurs, nous négligeons nos succès —ces projets socialement responsables, adaptés aux besoins et aux possibilités locales— et nous nous fixons des objectifs et des attentes irréalistes, en accordant de l’importance au superflu et en l’éloignant du vraiment pertinent, précieux et innovant.

Bibliothèques du futur? J’espère que non. J’espère que l’avenir des bibliothèques sera plus ouvert, responsable, réaliste, solidaire et engagé. Et surtout qu’elles, les bibliothèques, seront totalement ancrée dans ses territoires et liée aux communautés qui les habitent.


Auteur/autrice : Edgardo Civallero

Je suis bibliothécaire, avec un BA en bibliothéconomie et documentation, une spécialisation en épistémologies du Sud et une maîtrise en archives historiques et mémoire. Je suis actuellement coordinateur de la bibliothèque et des archives de la Fondation Charles Darwin dans les îles Galapagos (Équateur) et je réside à Bogotá (Colombie). Enseignant, chercheur, conférencier et écrivain de diffusion, travaille avec la mémoire, l'identité, les fonds audiovisuels et la gestion de l'information, et avec le dialogue entre bibliothèques, archives et musées pour construire de nouvelles connaissances et récupérer des histoires anciennes. J'ai une expérience considérable en bibliothéconomie sociale; en travaillant avec les bibliothèques en marge; dans les services de bibliothèque pour les peuples autochtones et les groupes subordonnés; en recherche bibliographique ethnomusicologique; et dans la gestion de la tradition orale et des sons menacés (langues et musique). De plus, je suis designer éditorial (livres et ebooks), traducteur et éditeur de textes et blogueur avec 15 ans d'expérience dans les réseaux sociaux. Actuellement, mon travail se concentre sur la science ouverte, la science citoyenne, la durabilité et la décroissance; dans le web sémantique, données liées, ontologies, métadonnées et classification des connaissances; dans la conception de bibliothèques numériques et de services d'information spécialisés; et dans la préservation, la conservation et la numérisation des collections patrimoniales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.