Écrire d’un lieu de rage

Brain

Analía était une fille du peuple Qom, une société indigène du nord-est de l’Argentine avec qui j’ai vécu et travaillé pendant quelques années, il y a si longtemps que j’ai perdu le compte.

Analía est morte de déshydratation à l’âge de trois ans, lors d’une des nombreuses épidémies de choléra qui ont frappé sa région, un endroit dont je préfère ne pas me souvenir du nom.

Je sais que c’est passé parce qu’elle est mort dans mes bras.

Cette expérience a été l’une des nombreuses cicatrices que la vie m’a tatoué dans la mémoire tout au long des près de cinq décennies que j’ai marché sur cette terre. Si j’en parle ici, c’est parce qu’une semaine après ce qui s’est passé, en passant devant la bibliothèque populaire la plus proche de l’endroit où vivaient Analía et sa famille, je suis tombé sur une pile de brochures informant la population sur la façon de traiter les symptômes de déshydratation. C’était tout ce dont cette fille aurait besoin pour survivre.

C’est alors que j’ai compris cette phrase si répétée et jusque-là si vide de sens réel pour moi: «l’information, c’est pouvoir».

Quand j’ai demandé pourquoi ces brochures étaient là et pas dans la communauté Qom à laquelle appartenait Analía, ils m’ont répondu, avec hauteur, que «pourquoi prendraient-ils la peine d’aller là-bas pour leur donner ces brochures si ces Indiens de merde ne pouvaient même pas lire».

C’est alors que j’ai compris —vraiment, sans demi-teintes— celui du racisme, du classisme, de la discrimination, de l’oubli, de l’exclusion sociale, de l’ignorance, de l’invisibilité… Des mots cruels aux conséquences dramatiques, si répandus dans mon pays comme dans le reste de mon continent et, comme je l’ai appris plus tard, dans le monde.

Et puis j’ai commencé à penser à ma profession et à écrire à ce sujet à partir de la colère. Et de la frustration, de la tristesse, du chagrin, de la déception…

J’écrivais alors sur un blog abandonné, «Bitácora de un bibliotecario», et je l’ai fait avec une véhémence, un désespoir et une indignation qui ne diminuaient jamais: mes expériences au sein de la réalité qui m’entouraient ne faisaient que nourrir et augmenter ces sentiments. J’ai consulté les manuels de bibliothèques, les directives internationales, les politiques publiques, les articles académiques et les conférences institutionnelles sur le monde des bibliothèques, et je les ai comparé à ce que je vivais dans les quartiers, villages, villes et communautés de mon pays, et j’ai trouvé tant de contradictions, tant de vides, tant d’ignorance sur «les autres» et tant d’impudeur que ma colère n’a fait qu’augmenter. Je me sentais impuissant. Je me suis vu manquer d’outils pour donner des réponses cohérentes à ce qui se passait sous mes yeux. J’avais l’impression que ces textes me parlaient de choses qui ne valaient absolument rien. Je me suis senti entouré de collègues qui vivaient dans une bulle, car apparemment ils ne voyaient pas ce que je voyais.

J’ai commencé à entrevoir celui de l’insensibilité sociale et de la déconnexion avec la réalité dont souffrent certaines disciplines, et la «tour d’ivoire» dans laquelle habitent certaines cohortes académiques.

Pendant longtemps je me suis senti coupable: j’étais convaincu que j’avais tort, totalement déplacé, dominé par une crise de colère enfantine, me laissant blesser par une douleur inutile et un radicalisme stupide… J’essayais de me convaincre —car c’est ce qu’ils m’ont dit— que si je voulais faire quelque chose pour changer ce qui me remplissait de frustration, je devais agir à partir de la raison, du développement théorique et de la discussion, malgré le fait que la force motrice derrière moi était toujours la colère et la tristesse. Oui, ils l’étaient toujours. Parce que l’épisode que j’ai pris l’énorme liberté d’utiliser comme ouverture de ce texte n’était que l’un d’une longue, très longue liste qui n’a jamais cessé de ajouter des points. Et je n’étais toujours pas armé par une perspective décourageante.

La réalité m’a mis au défi, et elle l’a fait en battant les clés de toutes mes émotions. Et j’ai continué à réagir et à agir à partir de là, à partir de ces nombreuses émotions. C’est à partir de là, justement, que j’ai décidé de m’engager, d’assumer des responsabilités, de devenir militante, de risquer beaucoup de choses, d’explorer des routes du côté du monde, de me mettre à l’écart… Je l’ai fait main dans la main avec beaucoup d’autres personnes également poussées par tout ce qui ils ont été provoqués par les événements que nous avons dû vivre. Je l’ai fait main dans la main avec de nombreux bibliothécaires avec plus de connaissances et d’expérience que moi, qui n’avaient pas besoin de construire de théorie ou de compiler des citations pour se lancer, pour agir, toujours à partir d’une base communautaire, toujours à partir d’une position critique. Toujours du sentiments.

Au fil des années, j’ai retrouvé cette façon d’agir. Dans le féminisme. Dans le sentipensamiento. Dans de nombreux mouvements sociaux latino-américains (et dans le reste du Sud mondial). Dans l’empathie radicale. Dans des concepts tels que la responsabilité émotionnelle. J’ai trouvé des auteurs masculins et féminins construisant de la théorie, des méthodes et de nouvelles pratiques à partir de leurs émotions: joie, espoir, déception, tristesse… Je les ai trouvés dans les bibliothèques, les archives, les musées, les écoles. En sociologie. En études culturelles.

Un peu soulagé, et avec le calme que donnent les années, j’ai compris que les émotions sont une composante qu’il ne faut pas mépriser. Elles font partie de nous, et nous devons les inclure dans notre manière de voir le monde, d’y penser, d’agir, de l’influencer, de l’accepter. Parce que nous ne sommes pas des machines, ni des morceaux de viande inertes, ni des monstres neutres, ni de la raison pure et froide. Car mettre les émotions de côté équivaut à abandonner ce qui nous pousse, ce qui nous inspire, ce qui nous motive, ce qui nous tient éveillé, ce qui nous fait tenir debout.

Les émotions sont des mécanismes très puissants pour la production d’idées, la construction de propositions, la génération de connaissances et de souvenirs. Nous devons les ajouter à nos métiers, à nos disciplines. Elles doivent continuer à être le moteur de notre action: cette énergie qui secoue certains engrenages internes qui, nous le savons, ne peuvent pas bouger.

Si nous cherchons de générer une pensée bibliothècaire du Sud, l’une des positions de départ qu’il faut explorer pour s’approprier la réalité qui nous entoure est celle des émotions, celle des sentiments. Je crois qu’il faut se donner la possibilité, au moins une fois, de penser, réfléchir, débattre et construire à partir du bonheur, de la misère, de la déception, de la frustration, de l’espoir…

…et, pourquoi pas, aussi du rage. Cette que, malheureusement, je ressens encore en parcourant certaines des nombreuses routes de mon grand pays.


Auteur/autrice : Edgardo Civallero

Je suis bibliothécaire, avec un BA en bibliothéconomie et documentation, une spécialisation en épistémologies du Sud et une maîtrise en archives historiques et mémoire. Je suis actuellement coordinateur de la bibliothèque et des archives de la Fondation Charles Darwin dans les îles Galapagos (Équateur) et je réside à Bogotá (Colombie). Enseignant, chercheur, conférencier et écrivain de diffusion, travaille avec la mémoire, l'identité, les fonds audiovisuels et la gestion de l'information, et avec le dialogue entre bibliothèques, archives et musées pour construire de nouvelles connaissances et récupérer des histoires anciennes. J'ai une expérience considérable en bibliothéconomie sociale; en travaillant avec les bibliothèques en marge; dans les services de bibliothèque pour les peuples autochtones et les groupes subordonnés; en recherche bibliographique ethnomusicologique; et dans la gestion de la tradition orale et des sons menacés (langues et musique). De plus, je suis designer éditorial (livres et ebooks), traducteur et éditeur de textes et blogueur avec 15 ans d'expérience dans les réseaux sociaux. Actuellement, mon travail se concentre sur la science ouverte, la science citoyenne, la durabilité et la décroissance; dans le web sémantique, données liées, ontologies, métadonnées et classification des connaissances; dans la conception de bibliothèques numériques et de services d'information spécialisés; et dans la préservation, la conservation et la numérisation des collections patrimoniales.

Une réflexion sur « Écrire d’un lieu de rage »

  1. Merci pour votre article qui donne à réfléchir. Accepter nos émotions, les analyser aussi, nous aident à croître au sein de notre humanité propre et celle qui nous entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.