Un bibliothécaire aux Galápagos (I)

(c) Edgardo Civallero

Chapitre I. Les Encantadas

Je n’ai aucune raison d’y aller, sauf que je n’y étais jamais allé, et la connaissance vaut mieux que l’ignorance.

Freya Stark. Un hiver en Arabie: un voyage à travers le Yémen. Londres: John Murray, 1940.

La citation d’ouverture a été entendue de la bouche d’un homme arabe, Abdulla l’horloger, par l’écrivain et exploratrice britannique Freya Stark. Elle l’a inclus dans son carnet de voyage le 30 janvier 1938 et elle a ajouté, juste après le commentaire d’Abdulla, la pensée suivante: «Quelle meilleure raison pourrait être pour voyager? »

Quand j’ai décidé de m’installer aux îles Galapagos, en 2018, c’était probablement parce que «je n’y étais jamais allé, et la connaissance vaut mieux que l’ignorance». En fait, c’était la raison de tous mes voyages, longs et courts, depuis le moment même où j’ai commencé à voyager.

Je suis resté aux Galapagos en tant que l’unique bibliothécaire professionnel des îles. Des Encantadas, les «îles enchantées».

Ce sont les chroniques de mes expériences aux Galapagos. Inutile de dire: d’un point de vue bibliothécaire.

***

(c) Edgardo Civallero

Permettez-moi de commencer par fournir des informations assez générales, juste pour vous mettre au bon endroit sur la carte — et dans la histoire.

Les îles Galapagos ou archipel de Colón sont un groupe de 19 îles, 42 îlots et 26 rochers appartenant à l’Équateur, situés dans l’océan Pacifique, à environ 900 km du continent. Comme l’affirme le naturaliste américain William Beebe dans son célèbre livre (Galapagos: World’s End. New York: G.P. Putnam’s Sons, 1924), elles sont une sorte de «fin du monde».

Un «fin du monde» situé dans la ceinture centrale de la planète: l’équateur traverse l’archipel sur l’île Isabela, coupant presque le volcan Wolf, le plus haut sommet des Galapagos (1707 m).

Les îles font partie d’un parc national équatorien, ont une population résidente limitée (seulement 3,5% de la surface des Galapagos peut être peuplée) et sont soumises à des niveaux stricts de protection, car elles sont, entre autres, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO (l’une des premières à être déclarée, en fait) et l’une de ses réserves de la biosphère. Malgré cela, elles sont le scénario d’un tourisme international massif et de forts mouvements migratoires, ainsi que d’un certain nombre de conflits environnementaux.

Elles ont été appelés «les Encantadas» par les premiers marins espagnols, car ils les croyaient ensorcelés: puisqu’ils ne pouvaient pas placer les îles sur leurs cartes de navigation, ils croyaient qu’elles apparaisaient et disapparaisaient à cause d’un mauvais enchantement. Herman Melville, l’auteur de Moby Dick et lui-même membre d’équipage sur un baleinier qui naviguait sur les eaux des Galapagos, a immortalisé le nom dans l’une de ses meilleures œuvres, The Encantadas (écrit en 1854 pour Putnam’s Monthly et inclus dans The Piazza Tales, New York: Dix & Edwards, 1856). Là, il dit à propos de l’archipel:

Prenez cinq et vingt tas de cendres déversés ici et là dans, imaginez certains d’entre eux magnifiés dans les montagnes, et le terrain vague la mer, et vous aurez une bonne idée de l’aspect général des Encantadas.

Darwin lui-même, qui rendrait les îles célèbres —et l’objet du désir de la communauté internationale des scientifiques et de la conservation— n’était pas beaucoup plus gentil dans sa description. Dans le chapitre XVIII de Voyages of the Adventure and Beagle – Volume III – Journal and remarks, 1832-1836 (plus tard connu sous le nom de The Voyage of the Beagle, London: Henry Colburn, 1839), il note:

Rien de moins attrayant que la première apparition. Un champ cassé de lave basaltique noire, jeté dans les vagues les plus accidentées et traversé de grandes fissures, est partout couvert de broussailles rabougries, brûlées par le soleil, qui montrent peu de signes de vie. La surface sèche, chauffée par le soleil de midi, donnait à l’air une sensation proche et sensuelle, comme celle d’un poêle: nous nous imaginions même que les buissons sentaient désagréablement.

Le «découvreur» espagnol des îles —un moine dominicain du nom de Tomás de Berlanga, dévié de sa route entre Panama et Pérou en 1535 et jeté sur les rives de l’archipel à demi assoiffé— ne reçut pas non plus une bonne impression:

…sur toute l’île je ne pense pas qu’il y ait un endroit où l’on puisse semer un boisseau de maïs, car la plupart est plein de très grosses pierres, à tel point qu’il semble qu’à un moment donné Dieu avait plu pierres sur la terre; et la terre qu’il y a, est comme du laitier, sans valeur, car elle n’a pas la vertu de créer un peu d’herbe, mais seulement quelques chardons.

(c) Edgardo Civallero

Non, ce n’est pas un paradis tropical, avec des plages de sable blanc et des palmiers: c’est plutôt une terre volcanique accidentée. Les Galapagos comptent en fait 21 volcans, dont 13 sont considérés comme actifs. Depuis 1797, il y a eu environ 60 éruptions. Les derniers à cracher de la lave et des gaz toxiques ont été le magnifique Cerro Azul, sur l’île Isabela, en 2008; Volcan Fernandina, sur l’île du même nom, en 2009; et Volcan Wolf, toujours à Isabela, le 25 mai 2015. Ce jour-là, les seuls iguanes roses de la planète —l’étonnant Conolophus marthae— ont sûrement senti que leur fin était venue.

Bien qu’elles soient décrites comme une terre en friche, les Galapagos ont des paysages magnifiques — comme la verdure des mangroves colonisant des coulées basaltiques noires qui s’enfoncent dans une mer d’un bleu profond criblée de requins… C’est aussi un endroit avec une histoire humaine étonnante: histoires de navigateurs incas et les persécutions entre conquérants espagnols, boucaniers anglais et corsaires hollandais, baleiniers et chasseurs de phoques, prisonniers et contremaîtres. Et Darwin, bien sûr.

L’isolement relatif de l’archipel et sa configuration particulière l’a permis de devenir une sorte de laboratoire biologique au sein duquel une flore et une faune très particulières ont survécu: les célèbres tortues géantes qui ont donné son nom à l’archipel et ont nourri pirates, baleiniers et colons pour siècles, les iguanes marins, les cormorans sans ailes, les énormes albatros et pélicans, les figues de Barbarie et les marguerites de la taille de arbres, les phoques équatoriaux et les manchots… et bien plus encore.

***

Ce laboratoire naturel, ces “tas de cendres” apparemment perdus dans les mers du Sud, sont devenues ma maison. Une maison compliquée — d’une part, c’est visiter un «paradis naturel» en tant que touriste, et une autre est de vivre de longues périodes dans cet endroit: en isolement, dans une terre hautement protégée, loin d’un bon nombre de ces choses qui composent ce que nous appelons la «vie moderne», entourée de nombreux problèmes et conflits latents…

Mais, comme le disait le vieil Abdulla, la connaissance vaut mieux que l’ignorance. Et ici il y a encore beaucoup à apprendre, à découvrir, à apprécier… D’innombrables choses à s’étonner, des horizons à atteindre, des histoires à entendre et à raconter… Quelle meilleure raison pourrait être pour voyager?


Auteur/autrice : Edgardo Civallero

Je suis bibliothécaire, avec un BA en bibliothéconomie et documentation, une spécialisation en épistémologies du Sud et une maîtrise en archives historiques et mémoire. Je suis actuellement coordinateur de la bibliothèque et des archives de la Fondation Charles Darwin dans les îles Galapagos (Équateur) et je réside à Bogotá (Colombie). Enseignant, chercheur, conférencier et écrivain de diffusion, travaille avec la mémoire, l'identité, les fonds audiovisuels et la gestion de l'information, et avec le dialogue entre bibliothèques, archives et musées pour construire de nouvelles connaissances et récupérer des histoires anciennes. J'ai une expérience considérable en bibliothéconomie sociale; en travaillant avec les bibliothèques en marge; dans les services de bibliothèque pour les peuples autochtones et les groupes subordonnés; en recherche bibliographique ethnomusicologique; et dans la gestion de la tradition orale et des sons menacés (langues et musique). De plus, je suis designer éditorial (livres et ebooks), traducteur et éditeur de textes et blogueur avec 15 ans d'expérience dans les réseaux sociaux. Actuellement, mon travail se concentre sur la science ouverte, la science citoyenne, la durabilité et la décroissance; dans le web sémantique, données liées, ontologies, métadonnées et classification des connaissances; dans la conception de bibliothèques numériques et de services d'information spécialisés; et dans la préservation, la conservation et la numérisation des collections patrimoniales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.