Un bibliothécaire aux Galápagos (II)

Chapitre II. Livres, tortues et beaucoup de cactus

(c) Edgardo Civallero

Quel paysage désolé et triste se découvre sur la côte! Deux collines coniques, assez hautes de couleur noire, séparées par une plaine grise, dans laquelle se détachent de gigantesques cereus et figues de barbarie, et au bas de l’image, une chaîne de montagnes rougeâtre, forment un groupe avec un tel étrange apparence générale que je ne m’attendais pas à voir mais en rêve.

Nicolás G. Martínez. Impresiones de un viaje al archipiélago de Galápagos [Impressions d’un voyage dans l’archipel des Galapagos], 1915.

8 heures du matin. 30 degrés et en hausse. Pas étonnant que les iguanes aient appris à nager sur ces îles.

Vers le sud, si proche que je peux l’entendre, l’océan Pacifique. Sur la côte, des iguanes marins et quelques zayapas (crabes rouges, Grapsus grapsus), plus les oiseaux de mer habituels. Sur les trois autres directions, pleine de cactus de la taille d’arbres et de plantes épineuses, la Station de Recherche Charles Darwin. Cela inclut les enclos où vivent plusieurs tortues géantes. Et la bibliothèque où je travaille.

Une bibliothèque entourée d’un paysage vraiment accidenté.

Visuellement, les Galapagos se définissent par leur volcanisme. Elles ne sont rien de plus qu’un groupe de jeunes volcans de type hawaïen qui poussent leur bouche (parfois enfumée) au-dessus des vagues du Pacifique oriental, près de l’endroit où trois plaques tectoniques —Nazca, Cocos et Pacifique— entrent en contact. L’archipel est situé au-dessus d’un véritable hotspot de la croûte terrestre: l’équivalent géologique de l’une des mythiques Portes de l’Enfer.

Une vieille légende —citée en 1905 dans Las Islas Encantadas par José A. Bognoly, qui l’a récupérée auprès du chroniqueur espagnol Sarmiento de Gamboa— raconte l’histoire de Tupaq Yupanki Inka, le dixième souverain du soi-disant «Empire Inka», et comment il aurait été le découvreur des Galapagos ou, du moins, de deux des îles: Jawachumbi et Ninachumbi. Le nom de ce dernier peut être traduit du quechua par «[Île] de feu», probablement parce qu’il aurait reçu le souverain de l’ancien Tawantinsuyu avec un spectacle de fumées brûlantes et de lave qui, soi-disant, aurait motivé le retour précipité de l’expédition vers le continent.

Par conséquent, l’archipel n’est rien de plus qu’un tas de coulées basaltiques rugueuses entourées d’une mer parfois froide, d’autres tièdes —tout au long de l’année, le courant froid de Humboldt alterne avec le courant de Panama chaud dans le contrôle de la température―, principalement recouvert de xérophytes et d’énormes cactus (le soi-disant «sol de végétation aride»), et principalement peuplé d’oiseaux de mer, de pinsons, de cucuves, d’iguanes et de tortues. Et des lions de mer.

Le paysage a déplu au découvreur officiel de l’archipel, le frère dominicain espagnol Tomás de Berlanga (1535), qui a écrit un commentaire sur Dieu faisant pleuvoir des pierres sur la terre — mais n’a apparemment pas fait grand cas des visiteurs suivants. Ce fut le cas de Diego de Rivadeneira, capitaine des troupes de Diego Centeno, qui arriva dans les îles fuyant la persécution de son rival Francisco de Carvajal en 1546, pendant les guerres civiles entre les conquérants espagnols du Pérou. Ou pour Edward Davis, un flibustier anglais qui, après avoir attaqué trois navires espagnols au large de Tumbes (aujourd’hui Pérou) en 1684, nota dans son journal de bord:

Sachant que nous avions plus d’une centaine de prisonniers à bord et ne sachant pas où trouver de l’eau, ni où trouver un endroit sûr pour faire un cachette pour le butin mais que nous devrions être chassés et faire détruire notre butin, nous avons navigué vers l’ouest. pour voir si nous pouvions trouver ces îles appelées les Galipoles. Ce ont fait rire les Espagnols, ils nous disant qu’elles étaient des îles Inchantées, et qu’elles n’étaient que des ombres et des îles pas réeles (cité par G. T. Corley Smith en 1984 dans Noticias de Galapagos).

La réputation «fantomatique» que les îles avaient parmi les Espagnols a conduit les pirates et les corsaires, après avoir atterri sur elles et s’être assuré qu’elles étaient bien réeles, à les prendre comme base d’opérations.

(c) Edgardo Civallero

Un abri pour pirates et baleiniers

Le boucanier anglais William A. Cowley a dressé la première carte de l’archipel (la meilleure jusqu’à celle de Fitzroy, un siècle et demi plus tard) lors de son voyage autour du monde, et l’a publiée en 1684. Son collègue Edward Davis a visité les Galapagos en 1684 et 1687, lorsque la renommée des îles de «paradis des pirates» se renforça. Les corsaires se moquaient peu de la désolation, de l’aridité ou des pierres. Ni les cactus, ni les iguanes. Et ils considéraient les tortues comme une bénédiction. En fait, à la fin du XVIIe siècle, le capitaine britannique William Dampier —surnommé «le pirate naturaliste», et décrit dans le titre d’un livre sur sa vie comme «un pirate à l’esprit exquis»— passa trois mois dans le Galapagos, se nourrissant précisément de tortues. Et il a souligné:

Les tortues terrestres sont ici si nombreuses, que cinq ou six cents hommes pourraient y subsister pendant plusieurs mois sans aucune autre sorte de provisions. Elles sont si extraordinairement gros et gras, et si sucrés qu’aucune poulette ne les mange plus agréablement (extrait de A New Voyage Round the World de Dampier, 1699).

Cent ans plus tard, à la fin du XVIIIe siècle, les corsaires quittèrent les îles et leur place fut occupée par des baleiniers et des chasseurs de phoques (et des naufragés aux biographies étonnantes, comme décrit par R. Rose dans un chapitre du célèbre Galápagos: World’s End de Beebe). Ils ne se souciaient pas trop de la terre jonchée de roches ou des buissons épineux, pas même du manque d’eau: ils ne voyaient que de bonnes chasses et pêches. Les abus auxquels la biodiversité des îles a été soumise depuis l’arrivée des humains sur ses côtes se sont intensifiés de manière alarmante. Trente ans plus tard, les cachalots étant épuisés, les phoques à fourrure presque éteints et les tortues, manchots et iguanes sérieusement menacés, les navires (surtout britanniques et américains) sont partis piller différentes terres et eaux. Depuis lors, les Galapagos sont devenus —surtout après la visite de Darwin en 1835— un objet d’étude pour les naturalistes et un lieu de visite pour d’innombrables missions scientifiques. Et, depuis 1832 (date à laquelle le général José de Villamil a pris possession de l’île Floreana), dans une partie du territoire équatorien.

Après Darwin et le Beagle, la première expédition scientifique à arriver aux Galapagos fut américaine et atteignit les côtes de l’archipel à bord d’un navire de guerre, l’USS Hassler, en 1872. Après elle, et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, une trentaine d’expéditions (dont les deux tiers Américains et les autres, principalement britanniques) en font les îles les plus étudiées de la planète. Pendant ce temps, des colons équatoriens ont commencé à arriver, travaillant pratiquement comme esclaves pour des maîtres impitoyables.

À la fin du 19e siècle, la dégradation de l’environnement des Galapagos était brutale. La destruction causée par les animaux domestiques introduits par l’homme s’ajoute à la prédation des colons, similaire ou pire que celle des baleiniers et des chasseurs. Il y avait aussi des missions scientifiques, qui pillaient tout ce qu’elles pouvaient pour nourrir les collections d’histoire naturelle des zoos et musées du monde.

En 1935, une expédition naturaliste anglo-américaine dirigée par V. von Hagen débarqua sur l’île de San Cristobal et érigea un monument à la mémoire de Darwin sur le site où il s’était arrêté plus d’un siècle plus tôt. A son retour, Von Hagen fonde le London Galápagos Committee, destiné à lever des fonds pour la création d’une station scientifique dans l’archipel. Ce serait l’une des nombreuses initiatives visant à protéger les îles. La Seconde Guerre mondiale a malheureusement fait échouer de nombreux projets.

En 1954, Irenäus Eibl-Eibesfeldt, un éthologue allemand de l’Institut Max Planck, a fait une croisière scientifique aux Galapagos. De retour en Europe, le naturaliste a alerté l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) récemment créée de la terrible situation de l’archipel et, avec son soutien, a obtenu le parrainage de l’UNESCO pour réaliser une évaluation des îles (1957) et regarder pour un lieu où une station scientifique pourrait être établie. La présentation de son rapport au XVe Congrès International de Zoologie en 1958, décrivant une situation préoccupante (et choisissant l’île de Santa Cruz comme le bon emplacement pour la station), fut décisive pour la naissance du Parc National des Galapagos.

Le parc a été créé par le gouvernement équatorien le 20 juillet 1959 et couvre actuellement 97% de la superficie des îles, à l’exclusion de seulement huit enclaves colonisées.

(c) Edgardo Civallero

Une station de recherche et une bibliothèque

Le 23 juillet 1959 (année de la célébration du centenaire de la publication de L’Origine des Espèces de Darwin), la Fondation Charles Darwin (CDF) est créée à Bruxelles. Sa mission est:

[…] apporter des connaissances et de l’assistance a la recherche scientifique et des actions complémentaires pour assurer la conservation de l’environnement et de la biodiversité dans l’archipel des Galapagos.

Victor van Straelen, l’homme à l’origine de la création du Parc National Albert au Congo (1925) et l’un des principaux promoteurs du Parc National des Galapagos, fut le premier président de la CDF. En 1960, et dans des conditions difficiles, les premiers travaux de construction ont commencé sur la Station de Recherche Charles Darwin, à la périphérie de Puerto Ayora, le port et la ville principale de l’île Santa Cruz. Le 20 janvier 1964, la Station est officiellement inaugurée, après d’innombrables problèmes et faux pas, lors d’une cérémonie qui se déroule sous l’ombre de cactus géants.

La Station sert de base internationale aux scientifiques qui souhaitent mener leurs recherches sur les îles, et d’espace de collecte d’informations afin de contribuer à la protection de l’archipel et de ses habitants. Il vise également à informer et à éduquer la population résidente, la grande majorité d’entre eux étant des migrants originaires du Equateur. Elle a également des espaces d’élevage d’animaux menacés: en 1965, le programme d’élevage de tortues a commencé et en 1976, le programme d’iguane terrestre. Et en 2014, le premier pinson de la mangrove (gravement menacé par la mouche introduite Phylornis) est né en captivité à la Station.

Un tel espace avait besoin d’une bibliothèque pour servir de dépot de les connaissances nouvellement créées et pour soutenir les activités de recherche. Baptisée «Corley Smith», la bibliothèque a ouvert ses portes en 1979.

C’est la bibliothèque que je coordonne. Une petite redoute de livres au bord de la mer, entourée de cactus, de pierres volcaniques et de plantes de la terre ferme. Et les iguanes marins, les oiseaux de mer et beaucoup de pinsons de Darwin. Et un tas de tortues géantes.


Auteur/autrice : Edgardo Civallero

Je suis bibliothécaire, avec un BA en bibliothéconomie et documentation, une spécialisation en épistémologies du Sud et une maîtrise en archives historiques et mémoire. Je suis actuellement coordinateur de la bibliothèque et des archives de la Fondation Charles Darwin dans les îles Galapagos (Équateur) et je réside à Bogotá (Colombie). Enseignant, chercheur, conférencier et écrivain de diffusion, travaille avec la mémoire, l'identité, les fonds audiovisuels et la gestion de l'information, et avec le dialogue entre bibliothèques, archives et musées pour construire de nouvelles connaissances et récupérer des histoires anciennes. J'ai une expérience considérable en bibliothéconomie sociale; en travaillant avec les bibliothèques en marge; dans les services de bibliothèque pour les peuples autochtones et les groupes subordonnés; en recherche bibliographique ethnomusicologique; et dans la gestion de la tradition orale et des sons menacés (langues et musique). De plus, je suis designer éditorial (livres et ebooks), traducteur et éditeur de textes et blogueur avec 15 ans d'expérience dans les réseaux sociaux. Actuellement, mon travail se concentre sur la science ouverte, la science citoyenne, la durabilité et la décroissance; dans le web sémantique, données liées, ontologies, métadonnées et classification des connaissances; dans la conception de bibliothèques numériques et de services d'information spécialisés; et dans la préservation, la conservation et la numérisation des collections patrimoniales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.