Un bibliothécaire aux Galápagos (III)

Chapitre III. Isolement, bibliothèques et pinsons

(c) Edgardo Civallero

Chaque biologiste, une fois dans sa vie, devrait faire un pèlerinage aux Galapagos, où est né l’un des plus grands succès de la science.

Jean Dorst. De Future scientific studies in the Galapagos Islands, 1963.

Dorst, ornithologue français et l’une des figures clés de la création du Parc National des Galapagos et de la Fondation Charles Darwin, avait une perception très particulière des îles Galapagos. En fait, de nombreux scientifiques l’ont fait et continuent de le faire. Ils semblent inconscients du fait qu’ils sont à des kilomètres et des kilomètres de presque tout et de tout le monde.

Mais lorsque vous n’êtes pas un scientifique (ou, du moins, lorsque vous ne partagez pas leur passion) et vous travaillez dans une station de recherche située dans l’une des rares, minuscules enclaves habitables d’un parc national / réserve de biosphère / patrimoine mondial fortement protégé, qui à son tour est à l’intérieur d’une île entourée d’au moins 900 km d’océan, vous commencez à ressentir l’isolement. Ou en souffrir.

C’est mon cas lorsque je travaille dans la bibliothèque de la Fondation Charles Darwin, un petit bâtiment qui regarde timidement la mer depuis la côte sud de l’île de Santa Cruz. Bien qu’à la fin on se rende compte que l’isolement n’est pas aussi mauvais qu’il y paraît.

(c) Edgardo Civallero

Un voyage en plusieurs étapes jusqu’au bout du monde

Pour vous rendre à la porte de ma bibliothèque, vous devez monter à bord de l’un des rares avions Avianca, LATAM ou TAME au départ quotidien de Guayaquil ou Quito — après avoir laissé derrière vous toute la bureaucratie, le paiement des taxes, et les contrôles des bagages. Après un vol d’environ deux heures, vous arriverez à l’aéroport situé à Baltra ou South Seymour (la plupart des Galapagos ont deux noms, un espagnol et un anglais), une petite île plate, sèche, stérile et brunâtre hors de la côte nord de Santa Cruz.

[L’histoire de cet aéroport est assez curieuse. En 1942, le gouvernement équatorien a autorisé les États-Unis à installer une base militaire à Baltra. «The Rock», comme les soldats appelaient l’île, servait en quelque sorte de «site d’acclimatation» aux troupes avant d’aller se battre dans le Pacifique, l’un des scénarios les plus difficiles de la Seconde Guerre mondiale. La base de Baltra abritait 12,000 hommes: dix fois la population totale de l’archipel à cette époque. Un changement de régime politique a amené l’Équateur à rejeter, en 1944, l’offre américaine de louer l’île pour 99 ans. Ainsi, en 1946, la base militaire a été démantelée: tout ce que les Américains ne pouvaient emporter avec eux, ils l’ont jeté dans l’océan. À l’exception d’une piste d’atterrissage goudronnée l’aéroport actuel et d’un quai en eau profonde, qui est maintenant un petit port pour les croisières internationales].

De là, il faut traverser Itabaca, le canal de 400 mètres de large séparant Baltra de Santa Cruz. Pour cinq dollars, vous prenez un bus pour traverser un demi-mile des terres brunâtres et caillouteuses de South Seymour —peuplées de plantes épineuses et d’un groupe d’iguanes terrestres endémiques— et vous arrivez à la jetée locale. Et pour un autre dollar (c’est l’Équateur, le dollar est la monnaie nationale), vous montez à bord d’un bateau et naviguez au-dessus des eaux d’un bleu profond bordées de mangroves d’Itabaca, avec des pélicans, des frégates, des goélands de lave et des fous aux pieds bleus survolant votre tête.

Une fois sur la côte de Santa Cruz, vous montez à bord d’un bus (encore cinq dollars) qui vous emmène de la pointe nord de l’île à l’extrémité sud: il y a Puerto Ayora. À l’exception de deux petits coins où les colonies sont autorisées (Puerto Ayora lui-même et une zone agricole dans les hauts plateaux), tout le territoire de Santa Cruz fait partie du parc national des Galapagos et est donc protégé. Cela signifie que vous ne pouvez pas entrer sur ces terres, sauf si vous avez une autorisation pour la recherche scientifique, ou si vous êtes en compagnie d’un guide naturaliste officiel.

Dans le passé, la route Baltra-Puerto Ayora était faite par bateau, mais une route de 40 km a été ouverte à travers les terres du parc. La route grimpe sur les pentes nord de l’île jusqu’au sommet (864 m), peuplé de petites forêts d’arbres Scalesia. Il passe entre deux magnifiques caldeiras volcaniques localement connues sous le nom de Los Gemelos, puis descend, traversant les terres agricoles d’El Carmen et de Bellavista —cultures de bananes et de manioc et petits troupeaux de vaches coexistant avec des tortues géantes et des pinsons endémiques— jusqu’à Puerto Ayora, la capitale insulaire et le port.

Puerto Ayora est principalement une station balnéaire en bord de mer. Mais il comprend également un ensemble de quartiers (plus ou moins stables, plus ou moins humbles) où vivent les habitants et les migrants temporaires équatoriens. Les bâtiments occupent pratiquement tout le territoire alloué à la colonisation, poussant la population contre les clôtures qui séparent Ayora des terres du parc.

Pour arriver à la station de recherche Charles Darwin —et à la bibliothèque que je coordonne— vous devez marcher près de deux kilomètres à l’est du centre-ville de Puerto Ayora et entrer dans le parc national. Là, au bord des eaux du Pacifique, entouré de mangroves et de cactus, loin de tout, vous pouvez frapper à la porte de la bibliothèque.

(c) Edgardo Civallero

Insularité et évolution

Aux Galapagos, vous pouvez respirer l’isolement. Vous pouvez le mâcher. Aux conditions (quelque peu prévisibles) liées à l’insularité, vous pouvez ajouter une forte dépendance aux approvisionnements quotidiens arrivant du continent par bateau (navires qui parfois ne peuvent pas y arriver, quittant l’archipel avec de graves pénuries de produits de base), les limites du transport aérien, la rareté des divertissements, les communications irrégulières (y compris Internet) et la faiblesse du service de santé (toute urgence médicale grave doit être évacuée par avion vers Guayaquil), entre autres. Un grand nombre de personnes vivant dans les îles saisissent toutes les chances qu’elles ont pour profiter de «pauses» de leur isolement forcé — en prenant l’avion pour Quito, par exemple.

C’est précisément cet isolement qui a fait de l’archipel un soi-disant «laboratoire naturel» dans lequel l’évolution mettait en jeu ses principes. Principes que Charles Darwin a identifiés lorsqu’il a étudié, entre autres espèces, les pinsons des différentes îles, et a constaté que tous, chacun différent de l’autre, dérivaient d’un ancêtre commun. Ils avaient évolué de manière divergente, isolés dans leur propre univers, adaptés à leurs propres circonstances. La même chose s’est produite avec les tortues géantes. Et avec les différentes espèces du genre Scalesia, des plantes de la famille des Astéracées —comme les marguerites— qui sont endémiques aux Galapagos et peuvent atteindre la taille d’immenses arbres de la jungle.

Les pinsons des Galapagos ont permis à Darwin de comprendre que, grâce à la sélection naturelle, ceux dont les variations génétiques leur avaient permis de mieux s’adapter à leur environnement particulier avaient survécu. La magie d’être loin de tout, isolé de tout, c’est qu’il faut apprendre à vivre avec ce que l’on a, et s’adapter au mieux à son environnement et à sa situation. Ou abandonnez et suivez le chemin menant à la disparition et à l’oubli.

Ce principe biologique est en quelque sorte valable pour une bibliothèque: une entité qui, après tout, se comporte généralement comme un organisme vivant dans un «écosystème d’information et de connaissances». L’isolement en fait un véritable laboratoire de Bibliothéconomie et Sciences de l’Information où, dans un processus constant de recherche-action, des solutions sont recherchées, trouvées et reformulées — permettant à la bibliothèque de remplir son rôle dans sa «niche écologique», de s’adapter aux conditions défavorables et changements, et pour survivre (ou périr).

Les processus de recherche, d’improvisation, de résistance et d’adaptation constante ne sont pas nouveaux pour les bibliothèques. Ils ont été mis en pratique par presque tous, dans une plus ou moins grande mesure, depuis le début de leur histoire. Cependant, forcés par les circonstances, certains ont transformé ces processus en une sorte de «seconde peau»: c’est le cas, par exemple, de nombreuses bibliothèques rurales, populaires et communautaires en Amérique latine, en particulier celles disposant de peu de ressources ou travaillant dans des zones de conflit. Autrement dit, ceux qui sont confrontés à un fort isolement.

[Pour les bibliothèques, l’isolement n’a pas nécessairement géographique. Il en existe de nombreux autres types: sociaux, économiques, politiques, ethniques…].

Dans le cas de la bibliothèque de la station de recherche Charles Darwin, le défi est double: fournir des services de qualité à la société des Galapagos en général et, en même temps, à une communauté de biologistes, de conservationnistes et de naturalistes située à la pointe de la recherche en leurs domaines d’études particuliers. Tout cela, fait avec des ressources limitées et face à l’isolement, une «bibliothèque frontière» comme celle-là doit durer. Et réalisé en modifiant —radicalement, chaque fois que nécessaire— des fonctions et des structures comme les pinsons de Darwin l’ont fait avec leur bec, jusqu’à ce qu’ils trouvent la bonne combinaison.

L’isolement est souvent considéré comme un obstacle — et un obstacle sérieux. Mais, tout bien considéré, cela nous oblige à chercher de nouvelles façons d’agir, à aiguiser nos esprits, à déployer notre imagination, à rechercher des collaborations et de l’aide, à renoncer au superflu. Et il offre également une «cloche de verre» qui permet un certain retrait: une quantité de silence et de solitude parfois nécessaires, et plus que bienvenues.

Comme toutes les bibliothèques confrontées à une sorte d’isolement, celle de la station de recherche Charles Darwin a encore un long chemin à parcourir. Heureusement, il est entouré de preuves vivantes que l’on peut réussir à s’adapter aux circonstances, aussi défavorables qu’elles puissent paraître. Les voilà, pour le prouver, les pinsons, les tortues géantes, les moqueurs, les iguanes…


Auteur/autrice : Edgardo Civallero

Je suis bibliothécaire, avec un BA en bibliothéconomie et documentation, une spécialisation en épistémologies du Sud et une maîtrise en archives historiques et mémoire. Je suis actuellement coordinateur de la bibliothèque et des archives de la Fondation Charles Darwin dans les îles Galapagos (Équateur) et je réside à Bogotá (Colombie). Enseignant, chercheur, conférencier et écrivain de diffusion, travaille avec la mémoire, l'identité, les fonds audiovisuels et la gestion de l'information, et avec le dialogue entre bibliothèques, archives et musées pour construire de nouvelles connaissances et récupérer des histoires anciennes. J'ai une expérience considérable en bibliothéconomie sociale; en travaillant avec les bibliothèques en marge; dans les services de bibliothèque pour les peuples autochtones et les groupes subordonnés; en recherche bibliographique ethnomusicologique; et dans la gestion de la tradition orale et des sons menacés (langues et musique). De plus, je suis designer éditorial (livres et ebooks), traducteur et éditeur de textes et blogueur avec 15 ans d'expérience dans les réseaux sociaux. Actuellement, mon travail se concentre sur la science ouverte, la science citoyenne, la durabilité et la décroissance; dans le web sémantique, données liées, ontologies, métadonnées et classification des connaissances; dans la conception de bibliothèques numériques et de services d'information spécialisés; et dans la préservation, la conservation et la numérisation des collections patrimoniales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.